mercredi 21 février 2018

TOUTE LA VERITE, Karen Cleveland - Robert Laffont



Vivian Miller est mariée avec Matt depuis longtemps. Ensemble, ils ont 4 enfants.
Elle est analyste à la CIA division Russie, elle s'occupe entre autre de débusquer les agents dormants résidants aux Etats-Unis.
Après avoir piraté l'ordinateur d'un espion russe, lors du téléchargement d'un dossier,  elle découvre les photos de 5 agents dormants présents sur le sol américain, dont la photo de son mari.
Sous le choc, elle confronte son mari à sa découverte  s'attendant certainement à ce qu'il nie, sauf qu'il ne nie pas. (en même temps, s'il avait nié, j'aurai trouvé la suite d'un ennui mortel)

Je trouve toujours assez fascinants les thrillers qui tapent dans cette niche : celui qu'on croit connaitre est en fait un étranger, un intrus, un inconnu.

C'est un peu ce qui se passe pour Vivian. Sa vie entière devient un mensonge et elle s'en repasse régulièrement certains épisodes au microscope, par des retours en arrière fréquents dans lesquels, sous cet éclairage nouveau, elle examine les indices, les preuves, les actes et les décisions prises sous influence.
Son mari est-il un manipulateur ? Ou juste un homme amoureux qui a cherché à la protéger durant toutes ces années.
L'aspect psychologique du personnage de Vivian est très bien travaillé et elle oscille entre les obligations dues à son métier, et l'amour qu'elle voue à son époux. 
Impensable qu'il puisse être ce genre de personne...
Elle nous livre ses sentiments, sa culpabilité de n'avoir pas vu, sa culpabilité de s'être laissée faire, l'emprise que son mari a pu avoir sur elle en faisant basculer certaines décisions de son côté quand la situation l'exigeait. 
Elle fait le deuil de sa vie, de son mariage, cherche à protéger ses enfants plus que tout, puis retourne invariablement vers celui qui est l'homme de sa vie, juste parce que c'est son homme et qu'il ne peut pas être un agent russe.
Elle doute peu à peu de son instinct auquel elle faisait avant, une confiance aveugle.

C'est bien rédigé, 
Savamment ficelé,
Crédible,
Prenant, 
C'est construit comme une série télé : saison 1, épisodes 1 à 8
On retrouve un peu l'ambiance  (pas le synopsis) de la série "the Americans".
Et surtout, le lecteur se trouve dans un doute permanent.
Page après page, on se demande quel est le degré de vérité que le mari véhicule. 
Il a un côté très franc qui déstabilise et écrase les certitudes, puis un côté très cachottier qui provoque la suspicion.
Point d'orgue : l'amour rend-t-il aveugle ? L'amour est-il aveugle ?

Un petit mot sur la fin ?
Moi qui n'aime pas les fins ? 
et qui ne les retient jamais ?
Faut aller voir ! Attention Mesdames et Monsieur, ça va commencer et ne plus vous lâcher !
Comme on dit chez moi aux US "Have fun" ! Bonne lecture au coin du feu !




LES MEILLEURS AMIS DU MONDE, Gilly MacMillan - Les escales

Nous sommes à Bristol, sud du Royaume-Unis. Noah et Said se rencontrent au lycée : ils ont 15 ans.  Dans ce lycée, l’un y est parce ...