lundi 23 avril 2018

SOEURS, Bernard Minier - XO editions





C'est donc le 5ème opus des aventures de Martin Servaz, capitaine au SRPJ de Toulouse.
Après "Glacé", "Le cercle", "N'éteins pas la lumière", "Nuit", Bernard Minier est de retour avec "Soeurs".

Sincèrement, je me demandais ce qu'il y aurait bien à écrire de plus sur Servaz qui n'ait été dit dans les tomes précédents, quelles tuiles allaient bien pouvoir lui arriver (parce que le gars a quand même une énorme poisse), comment Bernard Minier allait pouvoir nous embarquer, encore une fois, dans une nième aventure où son héros serait encore une fois mis à mal, pour ne pas dire dans la merde jusqu'au cou.

"Soeurs" se déroule en 2 temps :
- Une enquête qui démarre en 1993 dans laquelle Servaz, alors jeune flic, enquête sur le meurtre de 2 soeurs retrouvées mortes près de la Garonne. Attachées à des troncs d'arbres, elle se font faces et  portent toutes les deux des robes de communiantes.

- En 2018, on retrouve Servaz 25 ans plus tard. Il doit gérer une nouvelle affaire mettant en scène un nouveau meurtre dont les aspects rappellent étrangement l'affaire de 1993 et le replonge dans ses souvenirs où il était alors novice dans le métier.

Dans les deux enquêtes, celle de 1993 et celle de 2018, Servaz fait le connaissance de Erik Lang auteur de romans noirs dont les livres mettent en scène des situations perverses et cruelles.

Du point de vue strict du scénario imaginé par Bernard Minier, c'est vraiment un coup de maître d'avoir permis au lecteur de découvrir Servaz dans ces jeunes années de flic.
Grâce à cette plongée dans le passé, le lecteur a la possibilité de mieux appréhender et comprendre ce personnage torturé qu'est Servaz et dont on suit les aventures depuis "Glacé". Partant du principe que les événements de la vie nous construisent, cette mise en abîme de Servaz dans ses jeunes années, ses débuts dans la PJ, sa vie familiale naissante et les relations avec son père permettent au lecteur d'appréhender l'évolution du héros.

Mais ce n'est pas la seule chose que j'ai aimé dans ce thriller....

Outre l'enquête policière bien fichue, originale, réaliste, crédible, prenante, Minier en profite pour aborder, avec habileté, certaines préoccupations (ou aberrations ?) de notre temps : l'écologie, la puissance de réseaux sociaux, les avancées scientifiques et technologiques dans le milieu policier et judiciaire. 

De plus, il traite subtilement de la relation qui lie l'écrivain de thrillers à son lecteur (ou à défaut son fan psychopathe). Avec finesse, Minier nous amène vraiment à nous interroger sur cette relation, parfois saine, mais aussi malsaine, d'une admiration qui peut rapidement virer à une obsession pernicieuse. Le personnage de Erik Lang est vraiment une belle réussite dans la construction du roman.

Tout ça pour dire, qu'encore une fois, c'est un pari réussi pour Bernard Minier. 
Je n'ai eu de cesse de connaitre le fin mot de l'histoire !
Je me suis littéralement laissée emporter par cette histoire à deux temps dans laquelle j'ai plongée après la lecture du prélude qui vous happe littéralement.
Très bon moment de lecture donc, un livre vraiment agréable à lire, avec un héros que j'aime beaucoup et que je connais maintenant très bien. 

D'ailleurs, je voulais souligner aussi l'intelligence de l'auteur qui fait des petits résumés pertinents à des moments clés pour que le lecteur se souvienne des tomes précédents sans en faire des tartines indigestes à coup d'alinéas ou de report de page. 
Et j'aime ce petit clin d'oeil à Julian Hirtmann qui laisse supposer qu'on n'en a pas encore fini avec lui ....

Bonne lecture à tous ceux qui ne l'ont pas encore lu !

LA NUIT DE L'OGRE, Patrick Bauwen - Albin Michel

C'est volontairement que j'associe la trombine de Patrick Bauwen et la couverture de son dernier livre "La nuit de l'ogr...