jeudi 17 mai 2018

BABY DOLL, Hollie Overton - Mazarine


Accroche-toi Jeannette !! Ce bouquin ne va pas te laisser 5 minutes de répit.
On va de frayeurs en frayeurs.
Non, ce n'est pas trash, c'est psychologiquement difficile à encaisser.

Lily a été enlevée par un cinglé,
Sauf que le cinglé en question, c'est un gars bien sous tous rapports.
Le côté cinglé est bien planqué au fond de lui et ne ressort que quand il passe du temps avec sa victime. 

Un soir, il oublie de fermer le verrou de la cabane où est enfermée Lily. Elle n'a pas entendu le bruit caractéristique de la porte se verrouiller. Elle saisit sa chance pour s'échapper... 
Avec sa fille Sky, parce que oui le cinglé lui a fait un môme.
On redoute qu'elle n'y parvienne pas, on craint le retour du cinglé, on la supplie intérieurement de se magner les fesses. Elle marche dans la nuit, avec sa fille, pour rentrer chez elle, son vrai "chez elle". Ca la 4ème de couverture te le dit.
La couverture te dit aussi que "s'enfuir n'était que le début".
Ca devrait te donner un indice pour la suite.
Les 8 ans de kidnapping n'étaient pas les plus difficiles, c'est maintenant que les vrais soucis commencent.
Sur la 4ème de couverture, on te dit aussi que Lily a une soeur jumelle, Abby, comme l'auteur dans la vraie vie. C'est dire si la gémellité elle connait. Parce que ce livre traite effectivement beaucoup de la gémellité, de comment on se ressemble, de ce qui différencie, et de la différence de vécu aussi, entre celle qui a été enlevée et celle qui est restée. 
Puis, de la relation retrouvée entre les 2 soeurs.
"Avoir des jumeaux, c'est accoucher de trois choses : les deux enfants et leur relation" 
C'est une "unité à deux têtes"

C'est difficile de parler de ce livre sans spoiler, mais les rebondissements arrivent toutes les deux pages. La souffrance aussi, mais sans jamais verser dans le pathos : on n'y trouve pas de description accablante des sévices encourus, mais des listes qui laissent place à l'imagination, et ça c'est très bien abouti.
Depuis la sortie de sa prison, Lily tente de se reconstruire et d'aider aussi sa petite fille à découvrir une vie, celle du dehors, qu'elle ne peut pas connaitre. Pour un animal, on dirait "né en captivité", là c'est un peu pareil, sauf qu'on parle d'une petite fille.
La succession d'événements qui vont leur arriver est concret, objectif, si tu as lu l'histoire de Natascha Kampusch, tu peux imaginer...

J'ai beaucoup aimé l'articulation des chapitres : chaque protagoniste y a sa voix, tantôt c'est Lily, tantôt Abby, tantôt Eve leur mère, mais aussi Rick son ravisseur, ou Missy la femme de celui-ci. Ca donne un côté oppressant au bouquin, parce qu'on entre dans la tête de chacun. 
Beaucoup de thème sont traités en plus de la difficulté  de la reconstruction, comme le travail de sape du bourreau envers sa victime, l'affaiblissement de la victime face à son bourreau, le sentiment de n'être plus rien ni personne. Rien que tu ne puisses pas imaginer quand tu lis le pitch, sauf que c'est vraiment bien écrit.
Tu imagines bien la présence de la presse aussi, incapable de laisser une affaire de ce genre là dormir au fond d'un tiroir. Le malheur des uns fait toujours le bonheur des autres et une affaire comme celle là fait vendre.
Il y a aussi des retournements de situation, l'auteur te fait douter... de beaucoup de choses. Tu as souvent la sensation d'être manipulé sans trop savoir pourquoi. 
Sueurs froides et doutes, c'est bien résumé pour ce bouquin. 

8 années enlevée à sa famille, ça fait 3110 jours exactement, c'est long.
Il y a beaucoup de chiffres dans ce livre qui te donnent la nausée et qui laissent une sacré part à l'imagination. 8 années pendant lesquelles une famille a été détruite et va devoir apprendre à se reconstruire et à se re-découvrir. Ca laisse des traces 8 ans, chez celui qui est parti, mais aussi chez ceux qui ont attendu.

Hollie Overton signe ce livre de main de maitre. Tout est dans le psychologique : elle te tient et ne te lâche plus ! Toi aussi tu deviens un peu voyeur parce que tu veux savoir, TOUT savoir. 
Pour info, elle vit à Los Angeles, avec sa soeur jumelle. 




Son deuxième bouquin s'appelle "The Walls"(les murs) pas encore traduit en français. Elle met à nouveau l'aspect psychologique des personnages en exergue, à travers le mariage cette fois-ci, quand de ton propre chef, le cinglé tu l'épouses. Moi j'adhère, quand c'est bien fichu, et si c'est comme le premier, ça devrait être bien fichu.




LA NUIT DE L'OGRE, Patrick Bauwen - Albin Michel

C'est volontairement que j'associe la trombine de Patrick Bauwen et la couverture de son dernier livre "La nuit de l'ogr...